Un idée cinéma.

Publié le par covix

  Trois idées de cinéma.

Deux films à voir, bravant les interdits des autorites iranniennes.

  Si l'homosexualité est interdite, bannie et passible de peine de mort. 

  La Transexualité est-ele en son contraire plutôt recommandée, acceptée.

   Deux films aux sujets différent, mais qui traite de la vie iranienne.

  Contourner la censure en plaçant le concept de l'histoire. 

Un idée cinéma.

Bien que Rana soit une femme traditionnelle, elle est forcée de conduire un taxi à l'insu de sa famille pour rembourser la dette qui empêche son mari de sortir de prison. Par chance, elle rencontre la riche et rebelle Adineh, désespérément en attente d'un passeport pour quitter le pays et ainsi échapper à un mariage forcé. Les deux femmes vont s'aider mutuellement, mais Rana ignore qu'Adineh cache un lourd secret...

"Negar Azerbayjani, réalisatrice quadragénaire, réussi l’exploit de réaliser une œuvre sur les transgenres au pays des Shahs où l’homosexualité est bannie, réprimée et punie de la peine capitale, avec l’autorisation du ministère de la culture local (...) Avec un souci de vérité documentaire, la réalisatrice dresse un parallèle entre ces deux destins de femmes iraniennes qui vont apprendre à s’entre-aider dans un monde qui impose le voile sur les chevelures féminines"

 
Un idée cinéma.

Installé au volant de son taxi, Jafar Panahi sillonne les rues animées de Téhéran. Au gré des passagers qui se succèdent et se confient à lui, le réalisateur dresse le portrait de la société iranienne entre rires et émotion.

Ours d'Or Berlin 2015

On change de pays, l'Inde, une autre facette, loin des notables, des classes dominentes, des paillettes.

 

Un idée cinéma.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LADY MARIANNE 21/05/2015 20:30

ils sont malins, à force ils sont ingénieux !
bonne soirée !

covix 22/05/2015 23:14

Il faut savoir jouer avec les interdits.
bises

La Vieille Marmotte 21/05/2015 19:51

Les cinéastes iraniens sont champions pour contourner les tracas qu'on leur imposent !

covix 22/05/2015 23:07

Oui, ils savent se débrouiller, cela n'est pas s'en souvenirs dans les années noires de l'occupation où certains cinéastes rusaient aussi.
Bises