Un homme tranquille 1

Publié le par covix

Une nouvelle aventure se profile.

Un homme tranquille 1

    Il ouvrit sa porte, passe légèrement le pas de celle-ci, deux coups de feu, Jef s’écroule sur le palier.

    Les détonations avaient résonné dans la cage d’escalier. Peu de réactions, c’était le début de l’été, des départs en vacances et les autres en chemin ou sur leur lieu de travail. Il restait peu de gens dans l’immeuble.

 Sans doute celui qui fit cette besogne, le savait-il, repérer les lieux, les habitudes, une chose est sûr, Jef n’était plus et le tueur, ou la tueuse était déjà bien loin quand les flics arriveront !

  Jef, ses amis, ses collègues de bureau, le surnommaient ainsi à cause de son prénom peu commun, Jean-Fabrice. Il était considéré comme un jeune homme tranquille, sans tapage, discret.

 Un couple, d’un âge déjà bien avancé, habitant l’étage supérieur, descendit l’escalier avec toute l’habileté due à leur condition. La femme était à deux doigts de défaillir, c’est qu’il le connaissait bien le Jef, l’homme tâta le pouls.

- Il est mort !  Il faut appeler la police.

 Le couple regagna leur appartement avec la même lenteur qui impose aucune prise de risques pour eux.

  La sirène deux tons retenti au coin de la rue, rue qui assez large et  aux bâtiments cossus de style Haussmannien et des années trente pour certains, seul  celui qui faisait l’angle avec le boulevard est une construction de béton et de verre, il fait penser à une villégiature de front de mer. Le claquement des portières signalait qu’il était arrêté et que ses occupants en sortaient, un lieutenant de police et un brigadier prirent l’ascenseur jusqu’à l’étage où était allongé le corps de Jef. Le lieutenant prit son portable et demanda à la criminelle des renforts et de faire venir les scientifiques.

  Tout ce petit monde était là et commençait bien des palabres inutiles. Le brigadier et Marco Petitête avaient attendu patiemment leur arrivée. Ils avaient balisé le secteur de façon que personne ne passe ici, pas de crainte de ce côté-là, hormis le couple de petit vieux de l’étage supérieur, l’immeuble est bien vide de ses occupants, il y a bien la jeune fille du 7e étage, mais elle est partie faire les magasins, elle reviendra d’un instant à l’autre, mais quand ? De toute façon la question ne se pose pas, l’ascenseur est tout indiqué pour son paradis !

Publié dans nouvelle, policier, aventure

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

missfujii 01/07/2015 22:21

Covix un futur écrivain ???

covix 04/07/2015 21:21

Heu! j'ai un pied dans l'étrier avec "Les Fantômes de la Rivière", mais pas encore une longue carrière derrière moi pour prétendre être un écrivain.
Bises

erato 01/07/2015 21:10

Un début prometteur !
Bonne soirée Covix

covix 04/07/2015 21:24

J'espère que la suite sera dans la même veine.
Bises

margaux33 30/06/2015 10:46

un bon début . bises