Mi-janvier!

Publié le par covix

Mi-janvier!

  Il n’y a pas de main qui tienne les outils.

Pourtant de la braise rouge, le métal bleuit, blanchit.
 Son éclat s’étale sur les murs de la ville, ils en sont jaune paille ou orangés.
  L’astre de jour naissant sourit à la ville, sa lueur blanche, bleue, perçant l’azur de l’éther ponctué de quelques volutes, plus ou moins brunes, de la brume  se dissipaient dans le décor matinal.
   Nous sommes à la mi-janvier, pas encore, il faut attendre que midi sonne ses douze coups  pour que la bascule vers l’autre moitié du mois se fasse. 
  Il en est de même pour ce vendredi 15 dont les minutes  de la sieste prennent le temps de la langueur des heures attendues.
  Doucement elles défilent et le ciel s’assombrit. Ce n’est pas encore la fin du jour, le voile noir étoilé n’est pas étiré par les mains de Chronos, les lucioles de la nuit ne s’animent pas pour le plaisir du regard.
 Non, c’est le cœur de l’après-midi, la bise accompagne la venue de l’autre versant du mois. Elle est là, légère mais piquante, un ciel de neige pour compagnon.
 Un peu d’eau lave les rues.
 La nuit arrive, elle prend son quartier. Avec un jeune ami, nous devisons de tout et de rien, les heures passent. 
 Il est environ 22 h. Un regard par la fenêtre, une danse de papillons dans les phares d’une automobile sur le parc de stationnement. Autre vue, celle des capots, des toits, de véhicules recouverts d’une pellicule blanche, un tulle qui les habille !
 Je vois dans ces yeux qui brillent, le désir de sortir, de jouer avec les flocons de neige. Sa jeunesse l’y invite.
 C’est un peu ce qui m’anime aussi, mais il est loin le temps où l’air humide au parfum de la neige tombant dans les environs avant de venir blanchir la cour.
  Elle viendra chez nous, c’est certain et le bonhomme, avec sa carotte, son foulard et le béret sur la tête, un balai de paille de riz au bout du bras, prenant sa place dans cette cour, le chien intrigué aboie sur ce personnage, de lui, inconnu. 
  C’était avant-hier dans un village de Haute-Saône, là vendredi dernier, des gros flocons bien gras voltigent, plutôt choient des nuées. La fine pellicule ne tiendra pas longtemps, juste un court passage neigeux pour nous rappeler que nous sommes en janvier au cœur de l’hiver.
 Au matin du samedi seul les toits des immeubles, sur les hauteurs autour de la ville, marquent la signature blanche de ce passage de la neige. 


 

Mi-janvier!

Il y a peu, je regardais la lune par la fenêtre et je m'apperçu que l'ombre de la plante était en reflet dans la vitre, la lune entre ses feuilles. 

Je pris l'APN et voilà la lune dans mon pot de fleur!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Niort-voirsavilleautrement 30/01/2016 12:52

bonjour et merci, très joli blog
Chris M.