Mardi poésie chez Lady Marianne.

Publié le par covix

 

 

 

Lady Marianne..

 

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut,
Lady publie nos liens

OU

nouveau-avec un thème !

 

Gazou nous propose la Route, le chemin, pour thème de ce mardi.

 

La route d'Agrigente.

Là dure un vent, je m'en souviens, allumé

Dans les crinières des chevaux obliques

Allant au galop le long des plaines,

un vent qui tache et ronge le grès

et le coeur des télamons lugubres

renversées sur les herbes.

Âme antique, grise de rancoeurs, 

tu reviens à ce vent, tu flaires

la mousse délicate qui recouvre

la mousse délicate qui recouvre

les géants poussés bas le ciel.

Quelle solitude que la tienne

devant l'espace qui te reste!

Et tu souffres davantage si tu entends

encore l'ample son s'éloigner vers la mer

où l'étoile de matin commence à se glisser;

la guimbarde vibre triste

dans la gorge du charretier qui remonte

lentement le coteau que découpe la lune, 

au milieu d'un bruissement d'oliviers sarrasins.

Poème de la période (1936-1942)

Salvatore Quasimodo

(1901-1968)

Prix Nobel de littérature 1959

 

Publié dans Défi, Lady, Mardi, poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gazou 03/04/2018 20:51

Je ne connaissais ni cet auteur ni ce poème....Merci Covix !

mamykool 03/04/2018 20:10

Une agréable découverte que ce poète et ce beau poème, bonne soirée :

colettedc 03/04/2018 15:56

Un très bon choix, Covix !
Bises♥

Renée 03/04/2018 15:41

un très beau poème......Bisouss

marine D 03/04/2018 15:18

C'est un très beau poème et une jolie idée Covix
Bonne journée

LADY MARIANNE 03/04/2018 13:23

une chouette découverte- j'ai eu du mal à trouver sur ce thème ! j'ai galéré-
un prix Nobel mon cher ! merci !!
bises-

abby2 03/04/2018 08:33

Une belle découverte de ce pris Nobel que je ne connaissais pas du tout, hélas!
Bisous et bonne journée

Martine MARTIN 03/04/2018 06:02

Je découvre ce poète et ce beau poème. Merci. Bisous

christian 03/04/2018 03:40

Quel beau texte météorique! Sur le thème , je pense à "Brise marine" de Mallarmé. "Fuir! Là-bas fuir! Je sens que les oiseaux sont ivres.... D'être parmi l'écume inconnue et les cieux!"