Mardi poésie chez Lady

Publié le par covix

 

 

 

Lady Marianne..

 

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut,
Lady publie nos liens

OU

nouveau-avec un thème ! 

Les marins- la mer, proposé par Monica .

 

Je voyageai un an avec le capitaine Odysséa,

J'étais heureux.

Aux beaux jours, je me trouvai une place à la proue près de la sirène;

Je chantai ses lèvres rouges en regardant les poissons volants.

Par mauvais temps je me fourrai dans un coin de la cale avec le chien du bord pour me tenir chaud.

À la fin de l'année, je vis des minarets, un matin.

Et le patron me dit:

"Voici Sainte-Sophie. Je t'emmènerai ce soir chez les filles."

Ainsi ai-je connu les femmes qui ne portent que des bas,

Les femmes que l'on choisit, mais oui, celles-là.

C'était un lieu étrange

Une cour avec deux noyers, une treille, un puits, 

Et le mur, autour, garni de verres cassés

Une rigole chantait: " Au fil de ma vie".

Alors pour la première fois, je vis un coeur

Transpercé de la flèche bien connue

Dessiné au charbon sur le mur.

Je vis les feuilles de la treille jaunies,

Tombées à terre, 

Collées au pavé, à la boue sordide, 

Je fis un mouvement pour rentrer au bateau,

Mais le maître de bord m'empoigna au collet, me jeta dans le puits:

L'eau tiède et tant de vie, tout autour, sur ma peau...

Puis la fille me dit, en jouant distraitement avec son sein droit;

"Je suis de Rhodes, on m'a fiancée à treize ans pour cent sous."

La rigole chantait: " Au fil de ma vie."

Je me souvins de la cruche cassée dans l'après-midi fraîche et je pensai

" Elle mourra un jour elle aussi, comment mourra-t-elle?"

Je lui dis seulement:

" Attention n'abîme pas ton sein, il t'aide à vivre..."

Le soir, sur le bateau, je ne pus m'approcher de la sirène.

J'avais honte.

 

(Jeune homme.)

Stratis le marin Décrit un homme.

Georgs Séféris

Prix nobel de littérature1963

 

 

 

 

 

Publié dans Défi, Lady, Mardi, poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

josse 22/05/2018 22:16

J'ai beaucoup aimé ton poème.
Bonne semaine

Evy 22/05/2018 21:56

Je découvre j'aime beaucoup bisous

gazou 22/05/2018 18:53

Une belle découverte !

Renée 22/05/2018 15:26

Un port une femme pas de quoi avoir honte jeune marin, il faut bien que la vie ai raison des dangers..Bisous c'est superbe

mamazerty 22/05/2018 11:13

les femmes des ports....une expérience marquante pour ce jeune voyageur indolent et sensible.J'aime beaucoup la retenue de cette évocation.

mamykool 22/05/2018 10:39

Etrange, insolite et beau, belle découverte, bon mardi, bisous !

Violette 22/05/2018 09:25

triste histoire de sirène.
Bonne journée
Bisous

LADY MARIANNE 22/05/2018 09:09

moi aussi j'ai lu deux fois pour comprendre-
insolite et beau ! une belle découverte grâce à toi- merci !
bises-

christian 22/05/2018 08:54

La perte de l'innocence. La femme idéalisée puis réduite à la sexualité. Au fond ce beau poème est "daté" comme le sont souvent les sonnets pourtant sublimes de Baudelaire. Tiens, la mer! Baudelaire! Mais oui! "Homme libre, toujours tu chériras la mer! .... La mer est ton miroir; tu contemples ton âme... Dans le déroulement infini de sa lame, .... Et ton esprit n'est pas un gouffre moins amer."

missfujii. 22/05/2018 08:23

Très beau poème, que je découvre

Martine MARTIN 22/05/2018 06:24

Etrange poème que j'ai lu deux fois pour en comprendre tout. J'ai aimé et cela m'a rappelé mon arrivée un matin en bateau à Istambul aprês une nuit très agitée sur la mer. Nous venions de Roumanie. Bisous

colettedc 22/05/2018 02:45

Bonjour Covix,
Un bon choix !
Bonne journée !
Bises♥