Mardi poésie chez Lady Marianne

Publié le par covix

 

 

Lady Marianne..

 

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut,
Lady publie nos liens

OU

nouveau-avec un thème ! 

Aujourd'hui  c'est sujet libre

--- 

 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

  Pour ce défi de Lady, il m'a laissé dans l'attentisme.

    D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

   La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvin

 

Entre toi et moi

Le temps gris se rapproche de la pluie,

Et je te désire sous la pluie

Avant la pluie

Après la pluie

Je te respire comme une lièvre respire

Les herbes des prairies.

Entre toi et moi

Un état de poésie

Que je n'ai pas encore écrite,

Un état de prophétie

Que je n'ai encore dévoilée à personne,  

Un état d'extase

Qui me fait maître des Derviches.

Entre toi et moi

Des questions

Que je veux sans réponse,

De belles contradictions

Que l'amour ne voudrait pas voir résolues

Des querelles enfantines

Que la poésie ne voudrait pas voir s'évanouir

De petites habitudes grimpantes

Sur les étagères des livres, sur le papier peint

Et qui se déposent avec le café au fond des tasses.   

Schizophrénie (3)

Nizâr Qabânî (Nizar Qabbani)

Ainsi, j'écris l'histoire des femmes.

 

Publié dans Défi, Lady, Mardi, Poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jazzy57 29/06/2019 16:56

Je découvre, merci de ce choix

gazou 26/06/2019 08:56

Je ne connaissais pas du tout ce poète, j'aime beaucoup ce poème qui mérite d'être relu plusieurs fois

colettedc 25/06/2019 21:30

Un bon choix, Bernard !
Bonne poursuite de cette soirée,
Bises♥

christian 25/06/2019 19:58

l'amour poète. Quelle profondeur dans ce refus des réponses qui sont comme des murs. Quel respect aussi de l'autre. Questions ouvertes et sans réponses, querelles légères sans conclusion, contradictions sans aplanissement… et puis la beauté des derniers vers, des habitudes d'un quotidien aimant qui vivent comme des plantes et qui donnent son goût et son dépôt au café. Citer c'est affaiblir ce poème d'amour comme on rêve d'en écrire ou d'en vivre!

LADY MARIANNE 25/06/2019 18:16

une belle découverte avec cet auteur-
merci-
bises du mardi-