Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

l'aventure, suite

Publié le par covix

.../...


   Les navettes étaient bien à leur place, une de chaque côté des pontons,  formant un arc de cercle, Benjamin avec Eric les avaient équipées de système de défense en cas de rencontre hostiles.
     Benjamin prit les commandes de la Raie, elle ce muât et quitta ce monde traversant cette galaxie, bien plus dense que la voie lactée d'où ils venaient. Le parcours ne fût pas sans danger tant il y avait de matière ici réunies. A l'orée de ce système, alors que la Raie commençait à en sortir, deux petits vaisseaux étaient signalés sur l'Ordeur, ils firent leur apparitions, à première vue ils ne semble pas très amicales. Georges donna des ordres pour que trois navettes ce tiennent prêtent à sortir. Un échange de dialogue via les systèmes de l'Ordeur, permirent après analyse de confirmer cette impression, Georges ordonna aux pilotes des navettes de sortirent, et de ce positionner pour dissuader les intrus. Elles avaient été maquillés de noir, elles passaient beaucoup plus inaperçu de cette façon et s'approchèrent des vaisseaux, positionné sur leur flancs, ces derniers lancèrent des projectiles en direction de la Raie qui par un habile pilotage les étaient, des navettes sortirent des rayons lasers qui coupèrent en deux les agresseurs, ils ce disloquèrent en une multitude de morceaux, les pilotes des navettes purent distingués les tenues des occupants qui s'envolèrent dans le monde spatiale. Georges demanda à deux d'entre elles de revenir dans la soute, la troisième restant en couverture.
    - Espérons qu'ils  n'ont pas eus le temps de signaler nôtre présence dit Thomas
    - Oui, mais leurs disparations soudaines risque d'en ameuter  d'autres, répondit Georges
     - Alors soyons vigilant reprit Thomas, pour l'instant rien à signaler sur l'écran. Ah: tien voilà un renseignement intéressant, c'était des vaisseaux pirates d'après les analyses du Bordeur
     - Hum: bon si ils sont autonomes c'est bien, théoriquement plus de problème, mais si ils faisaient partis d'une confrérie, alors attention, de toute façon ils doivent être surveillés par d'autres alors restons sur nos gardes. Bon nous voilà sorti de cette galaxie, en route vers Stéphanorius. Randy tu peux regagner le port.
     - Bien reçut, Georges,  je rentre.
   La navette regagna sa place, et le calme semblait revenu. 


.../... 

Partager cet article

Repost0

pensée du jour

Publié le par covix




Admirons la louable franchise des chemins de fer qui , pour nous mettre en garde, inscrivent au front de toutes les stations le mot “Gare ” !

Albert Willemetz

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

un de plus!

Publié le par covix




On est jamais si bien servi que par soit même...

Dans mon calendrier, une année nouvelle arrive, ce jour de la saint Bienvenue me fait franchir un cran dans le temps.



 

Publié dans certains regards

Partager cet article

Repost0

l'aventure, suite

Publié le par covix

.../...


      Les femmes du villages entamèrent une danse rituel, à laquelle les hommes ce joignirent quelques temps après le commencement de celle ci
     - C'est pour célébrer l'union de ces deux êtres la dit le chef. Ils sont dorénavant l'un à l'autre et Shaïna doit le respect et fidélité à son compagnon.
         - En dehors de l'honneur que vous me faites c'est aussi un grand bonheur dit Thomas
         - Te voilà bien heureux et comblé par une si belle femme dit Georges.
         - Oh! grand chef des oiseaux de métal, je ne puis t'offrir un tel présent, je lis dans ton âme que celle-ci brille pour ce jeune compagnon de ta tribu, longue vie à vous deux.
          - Merci à toi grand chef plein de sagesse de la tribu des êtres des arbres.
           - Chez nous aussi, des reproducteurs s'accouplent et vivent  heureux, accepte toi et ton jeune ami, les femmes que nous t'offrons pour assurer vôtre lignée, il en est ainsi ici, les femmes assumes très bien ce rôle.
           - C'est beaucoup trop d'honneur pour nous, je ne sais si je dois accepter, car je n'ai rien à t'offrir en échange, grand chef sage des êtres de la forêt, si ce n'est que ce souvenirs personnel.
      Georges ouvrit sa chemise, retira une chaine avec une médaille  qu'il portait à son cou, il la passa autour de celui du chef et lui dit que cela représentait ces ancêtres et qu'il était heureux de lui  faire ce don.
   Les deux jeunes femmes arrivèrent, elles aussi avaient de long cheveux noirs. 
   Sinaka et Wasasïka prirent les mains de Georges et d' Éric, le chef les recouvris des siennes, l'union était scellée. Les trois femmes emmenèrent les hommes près du feu central et ce mélangèrent à la danse, celle ci dura un long moment. Arriva le rituel du mariage, celui de l'union des corps, les femmes furent vite nues, les hommes durent en faire autant, les corps ce mélangèrent devant toute la tribu, seul les plus jeunes des voyageurs de l'espace n'eus pas droit à ce "spectacle". La tribu dansait autour d'eux, nos terriens étaient un peux gênés, puis ils rentrèrent en transes, celle ci fit son devoir, les voyageurs oublièrent tout et honorèrent leurs femmes à la grande joie de la tribu. Leurs corps épuisés, enlacés, furent enveloppés dans un grand linge, mille mains les caressaient, les effleuraient? expression de réussite dans l'union, et ils faisaient désormais parti de la tribu. La cérémonie toucha à sa fin,les hommes remirent leurs vêtements, et leurs compagnes s'enveloppèrent la taille d'une toile de tissu riche en couleur.
      L'équipage et les trois femmes regagnèrent les navettes et partirent pour la Raie de l'espace.
     Ils descendirent plusieurs fois sur l'ile pour rendre visite à la tribu, le temps des adieux arriva, la Raie devant partir pour le nouveau monde, mais avant le grand voyage lors de la dernière visite, Benjamin, et François construisirent une navette en forme d'un long cigare, surmontée d'une voile et équipé de balancier sur chaque côté, une navette qui allait sur la mer, il l'offrir aux êtres des arbres, le chef fut très heureux de l'offre et les êtres des arbres apprirent très rapidement son maniement, une cérémonie eue lieu sur la plage pour les adieux. Tout l'équipage de la Raie de l'espace était là avec la tribu des êtres des arbres, réunis autour d'un repas, de danses, arriva celui des adieux, les accolades, l'émotion était forte, l'équipe regagna les navettes, elles s'élevèrent dans le ciel au dessus de l'ile, de celles ci ils lâchèrent un feu d'artifice qui fit le bonheur des êtres des arbres, les iliens dansaient comme des fous, pris dans une transe grandiose, exceptionnelle.
  les navettes avaient disparues dans le ciel, elles arrivèrent dans la soute portuaire de la Raie, chacune s'arrima autour de pontons. 

.../... 

Partager cet article

Repost0

haiku

Publié le par covix

























couleur rougeoyante
feuilles d'érables changeants
chaleur d'automne 

Publié dans HAÏKUS -SENRYUS

Partager cet article

Repost0

l'aventure, suite

Publié le par covix

.../...



       Après de longs palabres, les êtres allumèrent un feu et firent griller des poissons qu'ils sont aller pêcher au bord du rivage, perché sur les rochers. Ils cueillirent des légumes sur un arbre et qu'ils mirent à cuire également au bout de pique tout comme les poissons, c'est ainsi qu'ils partagèrent un repas de bienvenu sur l'ile, Georges n'est pas en reste, il offrit des vêtements au chef qui les distribua dans un rituel qui rappelait leur rang, courtisans ou favoris ou plus d'affinités, les hommes de la terre n'en eurent jamais la certitude, la réponse. 
      Une fois le repas fini, les êtres disparurent comme ils étaient venus, chaque membre de l'équipage repartit avec fruits et légumes et du poisson, puis à bord de leur navettes regagnèrent la raie de l'espace, le spectacle d'un coucher de soleil s'offrait à eux,  cette planète tournait autour de son étoile, et comme sur terre la nuit arrivait petit à petit recouvrant le vaste paysage sous leur yeux, bientôt l'ile serait engloutie dans la nuit  de cette galaxie.  A l'aube toute la troupe descendit sur l'ile et profita des joies de la mer pendants de longues heures et ce dorant sous les rayons de l'étoile mère, la tribu les observait du haut des arbres. Plus loin dans la forêt il y avait une clairière où était le village de ces êtres, mi homme mi singes, une case commune et des maisons dans les arbres les protégeaient des animaux de la forêt. Les êtres s'approchèrent d'eux et les invitèrent dans leur village, l'équipage les suivirent et partagèrent un repas, des danses pour fêter ce jour. L'instant le plus dure en ces moments celui du départ.

Le chef prit la main de Thomas, puis celle d'une belle jeune fille à la chevelure longue et brune, les rapprocha l'une de l'autre, les serrant dentre les siennes. L'être d'aspect féminin donna un sourire à Thomas qui en fut tout bouleversé.
  - Voyageur d'ailleurs, vous me semblé bien solitaire en vôtre équipage  et en guise d'amitié je vous offre la fille du vénérable guerrier Schunko.
    Georges traduisait ces mots à Thomas, qui de par son émotion et la confusion mêlée en rougit
  - C'est trop d'honneur pour moi, lui répondit Thomas. Georges traduisait les propos de son ami,- Je suis très touché par  cette honneur que vous me faites, mais qu'il n'était pas sur de revenir un jour avec la jeune femme de revenir les visiter et revoir son beau pays-
  - Compréhension de l'homme de la tribu, dit le chef, Shaïna sait quand quittant nôtre village, qu'elle ne reviendra pas et qu'elle part pour une autre vie. Allez vas Shaïna que les âmes de tes ancêtres soient avec toi.
   Thomas ce prosterna devant le grand chef et la jeune femme, lui prit les deux mains et la serra contre lui.

.../... 

Partager cet article

Repost0

pensée du jour

Publié le par covix




Les gens sans bruit sont dangereux. Il n’en est pas ainsi des autres.

Jean de La Fontaine


Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

l'aventure, suite

Publié le par covix

.../...


        Ils ne résistèrent pas à l'appel de la mer et ce mirent à nus pour piquer une tête dans l'onde marine, cela leur parut bon. Après une vingtaine de minutes dans l'eau, à nager et jouer, ils sortirent, la chaleur régnante et les alizés eurent tôt fait de les sécher, ils remirent leur vêtements et ce dirigèrent vers la forêt. La distance parcourue ne fût pas longue, regardant devant eux, ils stoppèrent net la marche en avant. L'expression de leur visage trahit une certaine émotion, mélangé d'incertitude, face à eux ce dressaient des êtres de formes humaines, à la stature très haute, plus de deux mètres et une belle carrure. Benjamin remarqua que leur pied était bizarre, comme ceux des singes. Il regarda Thomas, ce dernier ne broncha pas, il les regardait, chacun s'observait, plein de curiosité l'un pour l'autre. Pas d'hostilité apparente, un de ces bipèdes s'approcha d'eux, une fois à leur contact, il les palpa, et sorti des mots incompréhensible pour eux, que faire ce demandèrent les deux compagnons en ce regardant mutuellement d'un air interrogatif, c'est alors que Benjamin eu l'idée d'incliner son buste légèrement en regardant l'être, Thomas en fit autant, il bredouilla tout intimidé par l'évènement un "bonjour aux êtres de ce monde". Le leader de la troupe devant eux, acquiesça d'un rictus sur son visage, le reste de la tribu s'avança doucement jusqu'aux machines et les regardèrent, les touchèrent, caressèrent, ils étaient fasciné par les navettes. Les gestes finirent par remplacer les paroles et un dialogue s'entama, la situation était cocasse pour eux, sentiments de découvertes réciproques, de partages et de craintes, sur les visages de Benjamin et Thomas comme sur celui du chef ce lisait la crainte de l'autre par moment. Le moindre geste jugé suspecte par les autochtones risquait de déclencher une rixe d'ou ils ne sortiraient pas vainqueurs.
   C'est alors que deux autres navettes arrivèrent, la tribu s'éloigna de l'endroit, Georges descendit de l'une d'elle, suivit d'Isabelle, ils ce dirigèrent vers le chef, pendant ce temps Eric sorti de la deuxième navette; quand Georges fut à la hauteur du leader, il lui parla dans son langage- Bonjour, nous ne faisons que passer et visiter vôtre iles si belle-
  Le chef, ce décontractant lui répondit - Soyez les bienvenus, ici nous ne voyons pas beaucoup d'étranger d'un autre monde, pas plus qu'au delà des mers d'ailleurs-

Thomas demanda à Isabelle comment ce faisait il que Georges puisse parler cette langue, elle lui répondit que l'analyseur de bord traduisait chaque propos tenus, et apprit les rudiments de ce langage à Georges.


.../... 

Partager cet article

Repost0

pensée du jour

Publié le par covix




·      Le fromage. L’âge adulte du lait.

Richard Condon

Publié dans pensée du jour

Partager cet article

Repost0

l'aventure (suite)

Publié le par covix

.../...

     Après une analyse, la Raie bougea et ce dirigea vers une grande ile où la fertilité semblait généreuse, et peu d'activité de peuplade en cette contrée. Thomas aux commandes arrêta le vaisseau au dessus d'elle et ce prépara avec Benjamin à faire une sortie sur cette endroit. La mer semblait calme sur le rivages où les vagues venaient mourrir doucement, la plage était immense à perte de vue sans la moindre trace de vie, avant d'arriver en direction de la forêt, elle aussi à perte de vue, il y a une dune qui barre les alizées et la poussée maritime. C'est là sur cetteplage que Georges décida de les envoyer. Deux navettes sortir de la  Raie et ce dirigèrent en cette direction, Ils s'approchèrent lentement de l'objectif, et ce posèrent près de la dune, ils sortirent des navettes et montèrent sur le sommet de sable, leurs yeux étaient comme émerveillé par la beauté du site, d'un côté la mer d'un bleu vert le sable da la plage et quelques rochers, la dune et de l'autre l'immesitée verte, luxuriante aux multples essences  plus exotiques les unes que les autres.
   - Ouah! comme c'est magnifique dit Benjamin, avec une larme au coin de l'oeil.
   - Oui on croirait une image vivante des souvenirs de vacances terrestres, étrange comme cette planète ressemble à la nôtre.

.../... 

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>