j'ai perdu

Publié le par covix

J’ai perdu

Jeunes pousses, tu grandis trop vite
Brûlant tes ailes, ton innocence s’effrite
Au pays des damnés la porte t’entrouvres
Glissant lentement le pied dans l’échancrure
 Le gisant de tes pieds recouvre
Reposant sur la bordure
De cette route, il croisa ton chemin
Fièrement  il tomba de ta main

Ta jeunesse, tu l’a emportée
Toi l’enfant soldat
Que les grands ont dévoyés
Toi l’enfant soldat
Plus de larmes dans tes yeux
Plus de rires heureux
Comme maitresse
La mort sa prêtresse
Là,  au fond de tes yeux
Point de ciel bleu

Ta jeunesse, tu l’a emportée
Toi l’enfant soldat
Que les grands ont dévoyés
Toi l’enfant soldat

Covix-lyon
3/02/200
9

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article