Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de covix-lyon

Voyage

29 Juillet 2009 , Rédigé par covix Publié dans #virée en région

     Des milliers d’ailes de papillons raisonnaient dans le hall de la gare ou l’aérogare,, ces ailes qui vibraient aux changement de programme, ceux qui sont partis laissaient la place au futur départ, c ‘était une agréable sensation. Aujourd’hui vendredi 24 juillet je suis en gare de La part dieu à Lyon, plus de bruissement de ces ailes, simplement un tableau lumineux qui s’efface au changement de train, le demi silence du hall est troublé par la petite musique d’annonce et la voix de la speakerine qui débite les arrivés ou départ et las consignes de sécurité, cet appel est tellement fréquent que l’on y prête plus attention, il y a aussi le roulement des bagages sur le sol et les enfants qui s’amusent. 7h03, le panneau affiche la lettre du quai pour le train TGV en direction de Toulouse, il va ce positionner, cette fois si une marée humaine s’élance comme un seul homme en direction du quai, j’en fais partis bien que je sois resté un peu en retrait, c’est comme un essaim, ça grouille de partout, la peur de ne pas pouvoir prendre son train, bizarre, ils sont tous agglutinés comme des mouches devant l’escalator, je coupe la file, pointe mon ticket et prend la rampe d’accès, quelques uns ont pris l’escalier en spirale, devant moi une femme d’un certain âge, appuyée sur sa canne monte aussi cette rampe, c’est étrange, ces gens valides qui préfèrent un escalier mécanique, et cette femme qui marche à son rythme devant moi, seule contre tous ! Ces jeunes montant par un escalator et cette carcasse à la démarche douloureuse.

      Les voyages offrent beaucoup de surprises en nos temps, comme avant mais pas tout à fait les mêmes, quoique, pas de facilité à la dureté de la vie face à la vigueur qui ce laisse porter.

      TGV, devrait être remplacé par TLV (Très Lent Voyage) à Nîmes nous atteignons 20minutes de retard, à Sète c’est 30minutes, il semble cette fois ci que c’est un autre train qui ait un problème, à Narbonne 35minutes, sur ce parcours c’est une habitude, si ce n’est pas une porte qui bloque le départ à Lyon, suivit d’une voiture en panne sur un passage à niveau, c’est les noyaux des olives qui font patiner les roues, mais aussi  d’autres convois qui trainent, bientôt la souris sera de la fête dans les circuits électronique, elles les affectionnent, la souris qui arrête le TGV !, tiens un titre de roman.

      La correspondance est courte mais c’est dans les normes, la aussi une remarque, dans le TER qui dessert toutes les gares, des prises de courant, 220v est à la disposition

Des voyageurs, pourquoi pas dans les trains corail  ou TGV !, bon je serais à l’heure, mon fils m’a acheté un sandwich, la suite de la journée sera plus dans la conformité des choses.

 

     Dimanche matin, en promenant la chienne, une ‘’Roth’’ mon regard est attiré par un être qui marche, je devrait dire avance, se meut,  grand, sec, la casquette vissée sur la tête légèrement sur le côté, tee shirt rouge, jeans dans lequel il semble flotter, des baskets aux pieds le bras gauche amorphe, pendant qu’il avançait, la démarche lente, le regard fixe, glauque, le pas assuré, il sait où il va, mais  son allure est plutôt celle d’un Zombie que d’un jeune homme vigoureux. Le soir, même scénario, mais cette fois c’est une femme dans la quarantaine, assez forte, tirée par son chien, le regard vide, elle avançait au rythme de son animal. Nous la croisons elle n’existe pas ! pays des Zombie, a moins que nous soyons des demi Moldus !

 

    Lundi, avec mon ainé qui m’accompagne, nous arrivons en gare de Tarbes à 11h15, départ à 11h27, le panneau nous annonce un retard de 30minute, un affaissement de terrain vers Puyoo, la liaison Bayonne Puyoo est assuré par des cars momentanément,

Puis ce sera 1h, finalement 1h10 de retard à Toulouse, le train est directe entre Tarbes et Matabiau, au lieu d’une heure et demi d’attente une demi heure en gros, et comme c’est Lundi, il y a grève des agents des TER, cette gare est mal fichu, un seul passage entre le hall de gare et la desserte des quais, ne pourrait on pas canaliser par un autre tunnel cela éviterait bien des bousculade entre le flux et le reflux des passagers.

     Je monte dans la rame, un convoi de portes bagages arrive devant la porte de la voiture où je dois prendre place, une colonie de vacance va nous accompagner, je décide de prendre la valise avec moi et la poser sur le porte bagage au dessus, j’aide une femme à mettre la sienne aussi en haut, elle va à Lyon, je l’aiderai à descendre sa valise au terminus. Continuons notre embarquement, la volière arrive, les mômes s’installent, à, côté de moi la place semble vide, un pré ado, blond, digne d’un héro de bande dessiné, ou autre, n’est normalement pas de cette voiture, il reste debout, la fille assise devant me demande si il y a quelqu’un, je dis non pour le moment, peut être que c’est réservé mais pour l’instant personne, sa ne me dérange pas si la garçon s’assois ici, il ce tourne la face contre la vitre, il semble triste, il l’est, ça tristesse c’est de devoir quitter les connaissances qu’il avait fait en vacance, les souvenirs de jours heureux, la fille lui demande si il à des mouchoirs, non semble t-il, elle sort un rouleau de papier toilette c’est le fou rire, il s’en sert quand même, un jeune homme avec sa fille sur les bras passe et repasse, il est possible que ce sois ça place, il pose son bagage en haut et continu son manège, puis il revint avec le contrôleur, qui fait sortir le pré ado, le jeune homme prend sa place, l’agent de la SNCF divague, il reproche que ces enfants ne voyages pas avec un parent, il rentre de colonie de vacance, très drôle non !

     Finalement il ira dans sa voiture, a la suite de la nôtre. Comme d’habitude dans ce sens 20minutes de retard jusqu'à Nîmes, là  le reste de la colonie descend, entre temps à Béziers une femme fut coincé par des voyageurs qui montaient, du coup son périple l’emmena à Sète, elle était en colère, c’est un monde quand même maintenant on ne laisse plus descendre les gens avant de monter, le savoir vivre à disparu, comment peut on enseigner les bonnes manières si les adultes n’en font rien !

     Bref, le train repart, en gare de La part Dieu il aura comme d’habitude comblé son retard…


   Voilà les péripéties d’un voyage.

 

covix-lyon©29/07/2009

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc de Metz 30/07/2009 15:20


J’aime depuis toujours voyager en train… Ce qui est en effet nouveau même à bord d’un TGV c’est de ne plus jamais être sûr d’arriver à l’heure… Tout fou le camp et c’est de pire en pire et tout cela par manque de moyens en personnel et surtout d’argent ! Le reste, les incivilités et la grossièreté collective c’est ce qui rend encore plus insupportable le quotidien : tout a foutu le camp en bonnes manières et en simple politesse. Nous sommes courageux de prendre encore ces trains ! @mitié de Metz, Marc.

covix 30/07/2009 19:55


Merci du passage
Il y a évidement un gros problème d'effectif et quand on sait que ça va encore être resserré, il y a du mouron  à ce faire
@mitié
Covix


Jj 30/07/2009 06:50

et tout ça en plein été avec la chaleur, rassure moi, la clim fonctionnait quand mêmej'aime le passage de l'escalator avec la femme âgée et ces jeunes qui prennent les escalators, cela reflète bien l'image actuelle de la vie, les jeunes sûrs et pressés, les plus âgés méfiants et sereins...ah les voyages en train, que de souvenirs...bisousJj

covix 30/07/2009 19:50


Elle était plus efficace dans le Ter, même un peut trop, le TGV c'est plus aléatoire, toujours interressant de voir nôtre société...
J' en redécouvre les joies...
Bisous
Bernard