Chronos...

Publié le par covix

    Pourquoi courir après le temps alors que ses aiguilles avançants martelées par ce geste saccadé venant du mouvement de Chronos.

  Dieu primordial de la destiné et du temps. Corps de serpent à trois têtes, homme, lion et taureau, image des trois aiguilles s'enroulant autour de son épouse Ananké, mère de la nécessité et de la fatalité.

   Immortel dans l'univers, tu te joues de nôtre destiné, dans ton environnement céleste, tu nous frappe de fatalité.

   Fausse est l'idée que celle de courir, courir encore courir, toujours courir, seul les athlètes peuvent prétendre à ce don, pas les communs. Courses inutiles, le temps te rattrape, te broie, foudroie, punition du forçat inconscient qui imagine toujours plus de secondes pour en dévorer d'autres. Rien ne nous invite à cette course effrénée, pour chaque chose, chaque action, être présent au moment où la seconde fait raisonner d'une manière abstraite son carillon.

  Trop tôt, tu perds ton temps, il ne viendra pas, trop tard aussi, il s'est enfui avec tous tes rêves, tes illusions, sa réalité te laisse là au bord de sa route à attendre qu'il veuille bien encore se manifester, mais ce n'est plus pareil, la seconde de demain à l’identique n'est plus la même, celle là arrive, l'autre c'est évanouie dans l'Éther dont il est le géniteur.

  Il sait créer autour de toi ce qui te tourmente ainsi que dans ton esprit, comme ce que tu pressents, son deuxième héritier le chaos, te chahutes les pensées.

  Tous deux jouissent du trouble qu'ils te cause et le frère te saoul de trop d'oxygène répandue en ton animal sensation...

  Même son épouse s'en amuse en te disant cette nécessité de courir... après le temps!

  Ecoutes le chant du coq et surveilles sa cour, il te donnes la sagesse qui s'écoule comme le chaland tiré par des chevaux sur le chemin de hallage en bord d'un canal. Laisses toi glisser comme lui au long de ta destiné, point trop n'en faut à la presser, admire les saisons changeant de couleur si lentement; sous leurs regards en ce cas bienveillant. Combien même tu essaies avec une clef à remonter le mécanisme, partout il règne sans cette nécessité. Et si le temps tu le trouve bien trop fou dans son exubérante accélération, c'est que ta raison en a compris le sens... laisses ces faux semblant qui cherchent à te dévorer. Chaque seconde a son importance, Chronos et les siens en sont les garants, ne cherches point à bouger la pendule, le temps lui ne changera pas, en ce geste il est une image figée qui défile autour de toi, respire l'Éther; comme sur la partition prends la mesure, qu'elle soit simple nécessité loin de la fatalité, courir, courir après le temps te mèneras au chaos dans ton corps.

         Il sait...laisses Chronos en son mouvement.

 

               Covix-lyon©13/04/2011

 

 

Publié dans nouvel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Olivia Billington 14/04/2011 11:36



Prendre son temps, c'est en effet la clé...



covix 14/04/2011 15:29



Bonjour Oivia,


Ce qui n'est pas le cas quand on vie dans ces villes tentaculaires...


Bonne fin de journée


@mitié