Desirdhistoires 47

Publié le par covix

 

234.jpg

 

Désir des mots

Jeu 47

58842624

 

 

Les Mots.

 

Les mots imposés pour l’édition 47 du jeu

Des mots, une histoiresont : romance – aveugle – randonnée – faim – espoir – méthode – amplitude – four – esquisse – abyssal(e) – douceur – dramatique – armature – fraîche – retour – tentation – péché – respect – virevolter – agacé – enthousiasme – retard

 

 

Impression...

 

        Quel mot!...impression écrite, couchée sur le papier journal, ou glacé d'un magazine haut de gamme, impression étalée sur le mur d'un appartement ou d'une villa, impression d'une photo, celle que l'on aime, d'une toile ou du regard sur les toiles, les arts, la lecture, un film, oui ce mot c'est comme l'oeil d'une mouche, d'une abeille, multi-facettes... une impression!

 

     Cette grande tour surplombant l'ensemble de bâtiments large sur cette place surélevée par rapport au boulevard, étiré à ne plus voir le bout comme une perspective sans fin...Tout en haut, sur ses quatre faces, une horloge affichant vingt et une heures, pourquoi cette heure là, pourquoi pas onze, ou quinze voir six heures du matin déversant les premiers col bleus en route vers les ateliers d'usines. Non, c'est vingt et une heure...pas de retard, cela est important, nous glissons dans ce hall immense et froid, mélange d'effluves du carton bouillie et de cuir neuf ou marqué par le temps, celui de valises lourdes de trop voyager ou fier de sa première escapade.

     C'est un peut agacé par ce vas et viens de la foule, toujours importante quelque soit l'heure, dans les gares.

    Ici un terminus, une grande ville, la capitale sans doute, c'est aussi celle des départs, il faut bien partir quelque part, avec ou sans enthousiasme, comme l'excitation d'un enfant. Un peu de méthode et nous partons à la recherche du quai qui emportera la moitié de nôtre romance vers ce lointain rivage au nom évocateur...cote d'azur...

Simplement l'évocation du bleu scintille dans les yeux.

    Un frère, toujours bien intentionné, me dit que l'amour est aveugle et qu'il pourrait virevolter dans un lieu pareil..si loin de moi. Il ne comprend pas pourquoi je ne suis pas avec elle, ma fiancé, c'est d'abord impossible d'entrevoir le moindre esquisse de doute sur sa fidélité, de son amour. Respect qu'il me dit encore, devant mon armature du coeur, de l'âme qui ne vois aucun risque de tentation quelconque venant d'elle. Moi non plus je ne serais prit par le péché de chair et attendrais patiemment son retour.

   Elle sera encore plus fraîche, plus belle, ce sera la douceur personnalisé et nous partirons sur la randonnée de la faim qu'offre ce parcours de l'amour.

   Nous voici sur le quai, avançons vers la voiture qui accueillera mon amour. Au loin de la vapeur sous la locomotive fumante, c'est comme un plat sortant du four, effet d'amplitude entre la chaleur s'exposant à la fraîcheur de l'air ambiant, attirance de l'oeil.

   Je l'aide à monter dans le wagon, l'installe dans le compartiment, range son bagage dans le réceptacle dédié au dessus des banquettes. Nous descendons sur le quai, nous enlaçons, ce couvrant de baisers, le déchirement d'une séparation, l'instant crucial du départ vas arriver. Elle remonte dans la voiture, avant de prendre sa place, elle baisse la vitre de la fenêtre, on ce parle, dernières recommandations, petits mots d'amour, de salutations à la famille, l'envoie de bisous au bout des doigts. Instant rempli de tristesse comme tous ces quais de gare où l'un est en partance. Grincement des essieux, sifflet du chef de quai, la casquette blanche vissée sur la tête, le bâton rouge levé, sifflet de la locomotive chantant son au revoir, une vibration, timide ébranlement du convoi qui s'éloigne comme à regret, pas pressé de partir. La décision est prise, plus possible de revenir en arrière, lentement les wagons s'éloignent au bout du bout, ce perd la vision des mouchoirs qui s'agitent comme des messages sur un arbre à prière flottant au vent, instant dramatique, le feu rouge disparait au loin. Mon coeur est triste, lourd, ma belle s'envole vers le bleu, certes l'espoir de son retour dans deux semaines est là, me donne peut à peut ce bleu dans mon vague à l'âme.

 

   Impression à l'aube où elle débarquera dans ce village en bord de mer, là où vive ses parents qui l'attendent, elle ira à la pêche avec son père, et profitera des biens faits de la plage., plongera dans l'univers abyssales nageant en compagnie de poisson. Oui d'elle je recevrais une carte de ce petit port dans une belle baie, un coin paumé, tranquille qu’elle appel Saint-Tropez, tu parles d'un nom...comment peut il devenir célèbre avec une telle dénomination !....

 


Publié dans JEUX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cacao 26/11/2011 21:36


Bonsoi Covix, comme toujoiurs tu es un as pour caser des mots incasables et réussir un texte qui, en plus d'être intéressant, est poétique. Bravo. Excellent
W.E. Bises.

covix 27/11/2011 18:05



Le plus dure...c'est l'idée et de mettre le premier mot qui ouvre l'histoire...


Biss



Jean-Charles 26/11/2011 08:23


Finalement j'aime bien les départs qui donnent du vague à l'âme et permettent de réfléchir mais aussi et surtout parce qu'ils promettent des retours incendiaires. C'est finalement une façon de
pensée qu'on ne peut avoir qu'après. Bonne fin de semaine. 

covix 27/11/2011 17:22



Bonsoir Jean-Charles, 


C'est bien vu, ces séparations renforecent les liens...


Bonne soirée


@mitié



Soène 26/11/2011 07:07


J'ai l'impression que je ne sais pas trop bien naviguer sur ton blog ! J'ai encore eu du mal à trouver ton histoire 47


Tu nous fais ressentir un tas d'impressions, lieux, sentiments, c'est très agréable à lire, on y retrouve quelques unes de nos propres impressions...
Ah, Saint-Tropez ! j'adore son clocher
Bises et bon week-end

covix 27/11/2011 17:20



C'est vrai qu'il y a une longue série d'accueil avant les articles.


Ma fois ce sont des expériences que nous avpons plsu ou moins connues... St-Trop! je ne connais pas, juste un peu en face à St-Maxime et l'arrière pays, Grimaud etc... très beau. je suis tombé
sous le charmes.


Bonne soirée


Bises



Lilou 26/11/2011 06:59


Hommage d'une Lyonnaise à un Lyonnais me semble t- -il car le 8 décembre est un incontournable dans cette ville que j'ai quittée il y a plus de trente ans. La fête était alors simple mais belle
sans techno etc.


Bon un petit texte tristounet, les séparations me dérpinent mais c'est agréable à lire.


A tantôt


Lilou

covix 27/11/2011 17:17



Bonsoir Lilou, 


Bienvenue dans ta ville!... Même moi en 1998 quand j'ai débarqué à Lyon et fait connaissance avec cette fête c'était juste un soir, très dense.... une autre façon de célébrer... un virage a été
tourné... d'un côté il y a du bon...


Expression Normande..A tantôt!


Bonne soirée


@ plus


 



Emile 25/11/2011 20:16


Jolie description, l'ambiance du départ y est, tout est dit et les mots imposés passent complètement inaperçus !! Bravo...


Emile

covix 26/11/2011 00:49



Bonsoir Emile, 


Je vais rougir...  merci, Ah! ces quais de gare où il y en a toujours un qui reste...


Bonne fin de semaine


@mitié



Zoë 25/11/2011 19:56


On voit la fumée du train, la longue robe, le carton à chapeaux et les bottines à lacets !

covix 26/11/2011 00:48



Bonsoir Zoé, 


Ravi que tu ais vue tout cela, prolongation des images.


Bonne fin de semaine


@mitié



Asphodèle 25/11/2011 12:56


Une très bonne "impression" de ton texte Covix ! Et des images qui nous parlent d'amour avec les départs sur les quais
de gare, et l'attente des retrouvailles....

covix 26/11/2011 00:30



bonsoir Asphodèle, 


Merci de la visite, c'est une ambiance que je connais comme beaucoup, et je n'aime pas les quias de gare, c'est triste, le pire c'est l'aéroport, sans doute du temps où l'on pouvait monter sur
les terrasses à Orly et regarder les avions partir, la chanson de Bécaud qui acheva le travail...


Bonne fin de semaine


@mitié



Olivia 25/11/2011 12:44


Sacrée image que l'amour randonnée de la faim !

covix 26/11/2011 00:17



Bonsoir Olivia, 


Celle là elle a déboulé...au bout de la plume! lol


Bonne fin de soirée


@mitié



ceriat 25/11/2011 12:15


Toujours cette fraîcheur dans un texte très vivant. J'aime aussi beaucoup l'image faite avec les mouchoirs.

covix 26/11/2011 00:15



Bonsoir Ceriat, 


Merci, c'est vrai que ce sont des images qui restent dans un coin de la mémoire...


Bonne fin de semaine


@mitié



Mind The Gap 25/11/2011 11:08


Houlà , cela me rappelle la première année de vie avec mon épouse, elle étant an Lorraine et moi à Toulouse : quais de gare, de métro, hall d'aéroports...


Toutes ces séparations là se ressemblent finalement mais elles sont la promesse de retrouvailles.


Joli texte.

covix 26/11/2011 00:07



Bonsoir, 


Hé bé...je réveil des souvenirs... ce n'est pas rare, mon deuxième est un peu comme cela, pas simple la vie de couple. Ce qui en est autant sa force que sa faiblesse


Bonne fin de semaine


@mitié