Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de covix-lyon

l' Aventure (suite)

20 Mars 2010 , Rédigé par covix Publié dans #histoire - "l'aventure"

… / …
Une nouvelle vie

     La migration était finie, Georges pensait à la promesse qu’il fit au chef des Vules, cela viendra en son temps, maintenant il fallait finir le renforcement de l’enceinte, et faire des enclos plus sécurisé pour les cultures et les animaux domestique, il y avait aussi à construire la centrale pour l’énergie, et le ponton, trouver un bel arbre et travailler le tronc pour en tirer une embarcation qui irai naviguer sur la rivière. Un repas en salle commune et le conseil réuni au grand complet, la discussion tournait autour de ces points développés, les fondations de l’enceinte était déjà faites entre la porte principale et la palissade est, d’énormes blocs de pierre étaient entreposé près du chantier, l’idée de donner un nom à la cité passa dans l’air et aussi de créer un port ver la mer, sera-t-il près du ponton ou à l’embouchure de la rivière sur l’onde verte, au quel il faudra faire un chemin pour y accéder, tout cela anima la soirée. Le vaisseau servira de tour de contrôle, et de commandement avec tous ses équipements technique. Après le conseil, chacun regagna son logis et les tours de garde institué.
   Georges honora une fois de plus sa compagne, dans son fond intérieur, il ce sentait heureux du devoir accompli, tant avec Sinaka que d’avoir amené l’équipage à son terme et donner un nouvel élan pour démarrer une vie différente,dans huit mois sa femme donnera la naissance à un enfant, il espère un fils. S’il avait du plaisir avec sa compagne c’est dans les bras d’Eric qu’il connaissait l’extase. La folie de l’amour, le déchainement des corps, d’ailleurs il commençait à sentir le sien qui lui faisait des siennes, il avait l’impression d’être de plus en plus fatigué, mais bon il menait ses barques sentimentales et de responsabilité avec le même brio.
       Le matin vit les hommes monter le mur de pierre en appui de la palissade, son épaisseur serait de trois mètres, cela permettra de mieux ce croiser lors de la circulation dessus et d’avoir de meilleurs appui. Il sortit de terre en fin de journée. Les femmes ce répartirent les tâches, s’occuper des enfants, des potagers, planter des arbres fruitiers, les vignes, semer les  céréales, des volailles et animaux, sans compter la préparation des repas, les jeunes garçons et filles leurs prêtaient main forte, la mise en place de la vie prenait un air déjà connu.
    Après le conseil du soir, Eric dans son coin bureau, écrivait sur la tablette de verre, Georges arriva doucement derrière lui, posa les mains sur ses épaules et commença un massage des cervicales et de la nuque, des coiffes, le jeune homme ronronna, il aimait cette douceur qui le détendait. Il redressa la tête, Georges ce pencha, posa ses lèvres sur celles d’Eric qui ce leva de son fauteuil, ils s’enlaçaient, embrassaient, caressaient, s’effeuillant, une fois la nudité des corps atteinte, ce dirigèrent vers la douche où s’exprima leur amour sous les jets d’eau, ces ébats finis, ils allèrent sur la couche où ils mangèrent leur amour jusqu’au bout de la nuit.
   Les jours ce suivaient et voyaient le mur terminé, il allait s’accroche à celui de l’est qui montait plus lentement, la semaine ce termina avec le mur est au complet de la rivière jusqu’au portail, la semaine suivante on ils attaquèrent l’autre coté de la palissade. A l’extérieur Alexandre et Randy montait les parcs pour les animaux, une palissade entourant l’ensemble et des barrières pour les séparer avec des chemins entres eux, il en fût ainsi pour les jardins. Pour leur sécurité ils portaient des pistolets laser à la ceinture, en finissant une palissade, un de ces monstres arrivait en chargeant, ils pointèrent leurs armes en sa direction, quand il fût assez près ils déclenchèrent les armes, la bête se coucha sur le sol dans un lourd fracas, les autres hommes les rejoignirent et emportèrent l’animal dans la salle de cuisine. Il y serait dépecé et fournira de la nourriture, du cuir, il va falloir apprendre à le travailler.
- Va falloir augmenter la défense des parcs, dit Thomas
- Creusons un fossé devant les palissades et dressons des pieux aux extrémités pointus en biais, cela les arrêtera, dit Benjamin.
- C’est urgent en effet et cela nous fera une première défense en cas de visite surprise ou hostile, reprit Eric.
- Ne pensons pas au pire, dit Georges toujours sage, laissons le temps faire son usage.
   Les hommes dépecèrent la bête, la peau fût mit de coté et les femmes en découpèrent la chair, allumèrent un feu et firent griller la viande. Tout le monde était heureux de ce repas digne d’une fête. Après cette restauration, le conseil ce réuni comme à l’habitude, bien des sujets furent abordé, et celui de donner un nom à la cité revint souvent. Finalement le nom de Gaïa l’emporta, Isabelle et Alexandre expliqua à l’assemblée la signification du nom qu’ils venaient de choisir.
- Jules, fais nous une enseigne portant ce nom, nous la poserons au dessus de la porte principale, dit Georges, avec les yeux embués par l’émotion qu’évoquai ce nom.
- Merci, c’est un honneur pour moi.
- Heu ! Georges, il nous faudra faire une fête pour l’inauguration de cet événement, dit Thomas.
- Cela va de soit, bon organise nous cela - Ce sera fait.

/ ...

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article