l' Aventure (suite)

Publié le par covix

…. / … Un pas en avant!

 

    - Deux jours plus tard, Randy rentrait d’une exploration de la rivière, il posa sa navette et en descendit, Georges était à deux pas de lui

  - Bonjour Randy, qu’as-tu découvert ?

  - Bonjour Georges, que cette rivière est vient des très hautes montagnes, et que plusieurs courts d’eau la fond grossir.

  -  Un peu comme Sinaka !

       Randy blêmit, son regard était des plus gênés.

  -  Je ne voulais pas t’offenser, mais elle est si belle que je ne peu résister et j’en suis charmé.

  -   Oui, je m’en suis aperçut, ne t’approches plus d’elle, tu sais elle porte mon bébé, laisses la tranquille, d’abord elle ne souhaite pas de relation avec toi ou d’autres d’ailleurs de plus Adeline est magnifique aussi et vous faites un beau couple, tu l’aimes, elle aussi  t’aime gardes la pour toi et ne viens pas pêcher Sinaka

  -   Bien compris, mais cela va être difficile pour moi, mais je vais essayer de ne plus importuner Sinaka.

  -    Voilà qui est bien pensé et parlé, c’est mieux pour toi, tu es jeunes soit, mais de contrôler tes pulsions il le faut.

  -   Oui, je vais faire en sorte que ça ne ce reproduise plus.

  -   C’est une sage décision, car tu sais le conseil pourrait prendre des sanctions, et cela serait plus délicat pour ton avenir.

  -   C’est une éventualité que je n’ai pas envie de connaître.

  -   Bon Randy j’aime mieux quand tu es comme ça, et prépare nous quelques choses pour la fête dans une semaine.

  -   J’ai bien une idée en tête.

  -   Alors attèle toi à elle…….et surprends nous.

    Gaya était en ébullition, partout fleurissait des lampions de couleurs, entre les blocs, aux fenêtres, même les bâtiments administratifs en étaient paré, des câbles tendus au dessus des allées supportant des fanions et d’autres lampions, chacun s’affairait à la décoration, la salle commune fût tapissé de guirlandes multicolores, des oriflammes claquaient au vent sur les hauteurs de la palissade. Une montagne de tissus trônait non loin de la salle commune, et personne, hormis ceux qui avaient travaillés sur le projet, ne savait ce qui ce tramait dans cette amas.

         Le jour de fête arriva ; ce matin là, au centre de la place un cercle avec des fleurs, en son milieu un mât, un cordage doublé, une poulie en sa hauteur, toute la communauté ce retrouvait devant lui, l’entourant, Georges était à son pied, Alexandre et Jules une sorte de pipo aux lèvres jouaient un air de musique, Lise s’approcha de Georges un carré de tissus de couleur bleu clair sur les mains, une autre teinte semblait présente mais personne ne la voyait, la jeune fille tendit la toile à Georges, qui s’en saisi, la déplia, glissa la corde dans les œillets, à chacun d’eux une boucle fut faite, sous l’action de ses mains, le carré s’élevait dans l’azur, une fois arrivé au faîte du mât, la toile flottait au vent. On pouvait voir en son quart haut proche des cordages, un disque rouge avec des flammèches de même couleur au dessus une devise en lettre d’or, « Eclair le nouveau monde ». Georges fît une courte allocution expliquant le sens de la devise et les perspectives d’avenir puis il les invita à ce dirigé vers la grande porte, entre chaque tour de guet, une plaque en demi-cercle était tendu, Thomas dans une tour, Jules monta dans l’autre suivit de Georges qui passa de tour en tour pour fixer symboliquement la plaque, il revient en bas tenant une ficelle dans une main prêt à tirer dessus, Thomas et Jules décrochèrent des anneaux, Georges tira sur le cordage et la tenture tomba au sol laissant voir l’inscription sur la demi lune. « Gaya vous accueil ». Les deux hommes dans les tours la fixèrent définitivement. Tout le monde ce prit la main et forma une ronde et dansèrent joyeusement. Randy les invita à venir vers l’amas qu’il avait eu le temps d’alléger. L’assemblée arriva devant la chose, Randy aidé de trois compagnons retira les attaches aux coins de l’édifice, le vent soulevant la bâche, le garçon tira fermement sur elle, un bâtiment se découvrit sur un monticule de pierre, il a la forme d’un rectangle sur ce qui ressemble à la façade principale, six colonnes soutiennent le fronton sur lequel est sculpté La raye de l’espace en son centre et autour d’elle une représentation de l’univers. Randy fit entrer tout le monde dans l’édifice, il expliqua que dans les ouvertures qui ce trouvaient de chaque coté, il y aura des vitraux représentant l’odyssée qu’il avait vécut jusqu’à ce jour.

  - Ceci est ma contribution pour la fête de Gaya.

     Que ce bâtiment deviendra avec le temps un sanctuaire pour La Raye de l’espace. Au début tout le monde resta surpris puis ce libéra en saluant et acclamant ce qu’il venait de faire.

  -  Merci Randy de rendre hommage à l’odyssée de La raye, dit Georges, cela nous touche particulièrement.

       Tous partirent vers le centre de Gaya des chamboules tout y étaient installé, un manège et des      balançoires aussi et bien d’autres stands pour s’amuser, un grand repas en plein air et le soir venu un bal pour couronner la journée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article