Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de covix-lyon

Le blog de covix-lyon

Vous y trouverez, des tranches de vie, mes nouvelles, poèmes, photos,de l'humour et mon sale caractère... copyright_sceau 00045474


L'aventure, (suite)

Publié par covix sur 14 Avril 2010, 23:18pm

Catégories : #histoire - "l'aventure"

 

… /…

-          Il me semble avoir vu des femmes et des enfants près de cases sur le flanc opposé annonça Kévin

   Tous s’observèrent, cet élément avait échappé au regard des anciens, Thomas ce trouvait bien seul face à ces compagnons, résigné il accepta l’idée qu’il fallait tenter un coup. D’abord, devant ce fait inattendu, contourner le site, ce retrouver sur la colline d’en face juste au dessus des cases. C’était la première phase de leur plan, visualiser la situation, choisir une ou deux de ces habitations, voire si des hommes esclaves les rejoignent, puis décider d’entrer en contact avec eux. Le plan est accepté, le groupe ce déplace lentement et prudemment, à pas de loup et comme des félins, il contourne la mine, ce retrouve sur le versant opposé à mi côte leur progression est caché par une abondante végétation, précédemment Georges avait repéré un rocher sur le faîte de cette colline, ce fût leur point de repaire, une fois arrivé dans son axe, il grimpe jusqu'à lui, le rocher les dissimulait du regard des gardiens qui ce souciaient moins d’une éventuel présence étrangère que du bon déroulement des travaux d’extraction et d’évacuation du minerai de la mine. Une case semblait plus accessible et facile pour organiser une rencontre et voir de les embarquer avec eux, elle fût choisie, il y avait une femme assez jeune, deux garçons. Le crépuscule montrait le bout de son nez, les travaux s’arrêtaient, personnes ne sortis de la mine, seul les hommes tirant les chariots étaient regroupés, puis accompagnés vers les cases, chacun entra dans celle qui lui était alloué, parfois deux à quatre ce partageaient la même, ils ne semblaient pas y avoir de femmes pour eux, des serveurs avaient remplient leurs écuelles, les gardiens les accompagnaient dans la demeure, et en ressortaient quelques minutes plus tard en fermant la porte sur eux.    Arrivé vers celle que le groupe avait repérée, la même scène ce déroula, un jeune prisonnier entra dans la case, un gardien l’accompagna, et en ressortit plus tard, barra la porte et s’éloigna finir de placer les derniers hommes qui restaient encore sur le parcours. La femme et les deux enfants étaient déjà à l’intérieur.

  Le rideau bleu noir avait remplacé celui rougeoyant du couché de soleil, les étoiles apparaissaient dans ces plis, les compagnons fixaient toujours cette vie étrange qu’ils n’avaient pas envisagé de rencontrer. Deux bonnes heures avaient passé, le silence accompagnant le décor posé de la nuit, il était parfois coupé par des chants d’oiseaux nocturnes ou quelques animaux sauvages chassant dans la forêt non loin d’eux, les pas aussi des gardiens le troublaient. Ayant calculé le temps de passage de la sentinelle, la décision était prise, Georges et Kévin iraient à la case, tenteraient d’y pénétrer et de convaincre leurs habitants de les suivre. C’était le moment, le garde était à l’opposé du lieu, ils descendirent vers l’habitacle, ce placèrent devant la porte, Georges sorti son pistolet laser et fit sauter la serrure, ils entrèrent dans le lieu, les locataires étaient pris du sommeil du juste, seule la femme semblait éveillée, elle était paralysée par la peur, cela valait mieux car elle aurait pu crier et ameuter les gardiens, Kévin lui fit signe de ne pas parler, Georges secoua l’homme, stoppa le geste, la sentinelle approchait, quand elle fût passée, il reprit de réveiller le compagnon de la femme, il ouvrit les yeux, allait lâcher un cri, mais Georges le bâillonna de sa main, et lui parla, la femme et l’homme semblaient les comprendre, après la stupeur et la compréhension du dialogue, l’homme accepta, non sans une certaine réticence, l’offre de quitter l’endroit. Avant de partir, Georges brisa la chaîne avec son pistolet laser, c'était la raison pour laquelle les gardiens entraient dans ces maisons,la femme et Kévin prirent chacun un enfant qui dormait encore, la sentinelle venait de repasser, comme dans un bond de gazelle, ils passèrent le fourré qui séparait les cases du flanc de la colline, le jeune et le femme montèrent rapidement vers son sommet où les attendaient les autres, la pause parut longue avant que l’homme et Georges apparaissent à leur tour, sans perdre de temps ils quittèrent les lieux direction le Varna, ils ne dormiraient pas cette nuit.

… /…

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents