Nous étions...

Publié le par covix

 

... jeunes.

 

 

Nous étions jeunes, nous étions beaux,

L'amour à fleur de peaux,

C'était un temps où nôtre beauté n'avait d'égal que nôtre jeunesse,

C'était un temps où tout nous paraissaient en liesse,

Dans mes yeux brillait ta sculpture,

M'offrant, cette belle allure,

J'ai aimé le parfum de ta chair, effluve sucré,

J'ai aimé cette couleur de peau, éternelle cuivrée,

J'ai aimé ta douce amitié en moi s’immiscer

J'ai aimé onduler mon corps que tu viens lisser,

J'ai aimer sentir mon coeur défaillir,

D'un coup d'épée qui venait de jaillir,

J'ai aimé la tendresse de tes mots à mes oreilles,

J'ai aimé ta douceur pénétrante sans pareil,

J'ai aimé m'abandonner au nuage de ce paradis d'amour,

J'ai aimé ton corps, force motrice d'une nuit sans détours,

J'ai aimé l'ondulation du danseur, puissance d'émoi,

Trouble de mon âme de ses bienfaits au parcours en moi,

J'ai aimé le souffle chaud qui caresse le cou,

Ta chaleur déferlante comme le chant du marin au long-court,

J'ai aimé que cet amour, ne soit pas de violant coup,

Mais plutôt la tendresse des rayons du soleil baignant la cour,

J'ai aimé cette première fois, nos étreintes masculines,

Le temps de mes souvenirs d'une nuit féline,

Dans tes mots, tes gestes, ce n'est pas l'aventure,

Tout est précis, net, pas une rature,

Nous étions jeunes, nous étions beaux,

L'amour à fleur de peaux,

Je le vivais au travers  mille chansons,

Ecorché vif, le vivre à l'unisson,

Nos chemins ce sont séparés, éloignés,

Emportés par le tourbillon de la vie, sa saigné,

J'aurais aimé faire ce long parcours des jours à tes côtés,

Mes regrets, sont mes sentiments au coeur débotté,

Nous étions jeunes et beaux,

L'amour à fleur de peaux,

L'amour parfois nous laisse en lambeau,

De lui j'avais peur de cet oripeau,

Cette peur n'empêche pas son évincement,

Juste au coeur, toujours présent, son pincement,

L'amour est en moi, comme écorché vif,

Il triture mon âme de coups de canifs,

Tremblant à sa rencontre,

Titubant à ce démontre,

Succombant à son attraction,

Tremblant, écorché vif en visitation,

Tendre ami tu me donnes ton amour,

Pour une nuit... un jour... je le garde à toujours,

Nous étions jeunes et beaux,

L'amour...à fleur de peaux.

 

Covix-lyon©14/04/2012

Amor

Photo du web.

Publié dans poésie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jj 15/04/2012 16:59


Souvenirs j'espère !

covix 15/04/2012 20:26



Qui reste gravé en a mémoire, 






cacao 15/04/2012 14:56


Bonjour Covix. C'est très, très beau. Merveilleux poème d'amour, plein d'émotion. J'aime quand tu écris. Bonne fin de dimanche. Bises.

covix 15/04/2012 21:52



Il y a longtemps que j'avais envie de laisser sortir ce coin de ma mémoire, mais le souvenir y reste à jamais.






bonjour Covix !LADY MARIANNE 15/04/2012 13:17


un beau poème d'amour perdu !
bon aprem ! bises !!

covix 15/04/2012 21:53



De celui qu'on regrette qu'il n'ai pas duré... le chemin de la vie en aurait été tout autre!






Fathia.Nasr 15/04/2012 04:22


Bonne nuit mon ami, gros bisous.

covix 15/04/2012 21:54



Merci fathia, que la tienne soit douce et plus chaude que dans nôtre région.





 



Fathia.Nasr 15/04/2012 03:18


Oh! Comme c'est beau la jeunesse, et comme c'est fou d'aimer et être aimé, mais sans ça, la vie n'a pas de sens, merci mon ami Covix, pour ce beau poème, gros bisous.

covix 15/04/2012 21:56



Tu as raison, la vie n'a pas de sens sans amour, sans cette jeunesse qui nous fait conjuguer le verbe aimer au noble sens, en y joignant sa fougue.


Bonne soirée