Théâtre...

Publié le par covix

 

   "Z" je me crois en enfer... donc j'y suis...

   Au Subsistances à Lyon jusqu'au 24 septembre...

   Ce soir donc deux places pour une saison en enfer... 


   Un voyage aller-retour à la rencontre de Rimbaud, en notes et mouvements : 
    c’est le pari de Lukas Hemleb, metteur en scène allemand, Ned Rothenberg, musicien new-yorkais & Tadashi Kawamata, plasticien japonais.
Avec deux musiciens (Ned Rothenberg, Kazuhisa Uchihashi) et trois comédiens (Laurent Charpentier, Laurent Manzoni & Pierre Moure) sur le plateau, l’équipée sera intense. Ce quintet de voyageurs fera entendre autrement Rimbaud, météorite de la poésie française, perpétuel incandescent.
visu_rimbaud.jpg

Publié dans film -musiques -livres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Gaïa 26/09/2011 01:05



J'aurais aimé être avec toi .Ce devait être intense comme atmosphère .Heureuse que tu aies vécu celà .Amitiés.



covix 26/09/2011 18:09



Bonsoir Gaïa,


Comme tu le dis, c'était intense... une belle soirée, ce soir nous allons écouter les musiciens  à la Croix-Rousse


Bonne soirée


bises



cacao 22/09/2011 22:31



Bonsoir Covix !Je pense que ce sera bien intéressant. J'adore Rimbaud. Passe une bonne nuit ! A bientôt ! 



covix 23/09/2011 22:59



Bonsoir Cacao,


Ce fut une belel soirée, ou le jeu des comédiens déclamant tantôt chacun l'un après l'autre les vers, tantôt ennsemble, le tout accompagné par deux musiciens ed jazz avec des instruments ed
"torture"...


c'est modern, puissant, envoutant.


Bonne fin de semaine


Bises



Jj 22/09/2011 18:33



feront ils vraiment l'image du vrai Rimbaud et ses amours... ou juste une approche ?


bonne soirée alors,


bises


Jj



covix 23/09/2011 22:48



Bonsoir Jj,


Il ne paralit pas de Rimbaud, mais une pièce sur une saison en enfer, où trois comédiens déclamaient en  déambulant sur une structure de bois représentant un z... accompagné par deux
musiciens spécilaistes de l'impro en Jazz...


Un peu déroutant au départ... on oublie la musique et ce prend dans le jeu des comédiens...


C'est fou la similitude de l'actaulité, l'état de crise, et cet écrit au sortir de la guerre de 1870...


Bonne fin de semaine


Bises