Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

17 articles avec ecrans mixtes

Dimanche cool...#224

Publié le par covix

 

Clin d'oeil au festival Écrans Mixtes

 

  Chacun de nous a sa petite musique d'ambiance en tête.

     
      


      

 

 

Partager cet article

Repost0

Samedi on sort...#223

Publié le par covix

 

  En avant... pour se détendre!

C'est le temps d'une toile!

   Clin d'oeil au festival Écrans Mixtes 

                  

        

                          

                               

 

 

Partager cet article

Repost0

Mercredi chanson française...#223

Publié le par covix

 

Chansons d'hier et toujours d'actualité... 

 

 

     Clin d'Oeil au festival Écrans Mixtes avec des chanteurs français gay.

 

            

                               

 

     

 

Partager cet article

Repost0

Mardi variétés internationale...#223

Publié le par covix

 

 

 

Continuons cette balade dans la musique d'ailleurs

   Clin d'oeil au festival Écrans Mixtes avec des artistes homosexuels  

 

                         

 

        

 

                                                               

 

Partager cet article

Repost0

Lundi classique...#223

Publié le par covix

 

Partons vers de nouvelles balades musicales...

Session #223    

 

Clin d'oeil au Festival Écrans Mixtes avec des compositeurs classiques homosexuels

 

                      

 

                     

 

 

 

Partager cet article

Repost0

8 e éditions, clap de fin.

Publié le par covix

 

 

 

 
       

 

 

   Le rideau rouge est tombé sur la 8e édition du festival Écrans Mixtes.

Une édition qui s’est élargie à la métropole vers des lieux hors de Lyon, comme le Toboggan à Décines ou le cinéma Les Alizées à Bron, sans oublier le Mourguet de Sainte-Foy-Lès-Lyon, déjà partenaire dans la programmation.

    L’institut Lumière avec ses salles de cinéma, le Comoedia, les  bibliothèques de Lyon 1er, 3e et 7e arrondissements, l’institut Goethe.

   La fréquentation a été en hausse de plus de 50%, c’est un succès mérité de par la qualité de la programmation, des invités aussi, vous avez pu le remarquer dans le résumé dans la vidéo ci-dessus.

    Pas de baratin pour moi, je n’ai pas pu assister à de nombreuses soirées.

D’abord, le lit m’a retenu quelques jours, puis des rendez-vous qui se télescopaient avec le festival.

   Trois soirées seront à mon parcours, celles de mardi, mercredi et jeudi dernier.

Une mise au point, je ne suis pas amateur de films gore…

  Et pourtant !

   Mardi 1er » mars, c’est une rencontre avec le cinéma japonais ( je connais certains films), là c’est un monde particulier, celui de Toshio Matsumoto. (1932-2017).

  Le film présenté est le plus connu de ses quatre longs-métrages. « Funéral Parade of Roses ».

 Dans le concept de la narration de cette histoire, nous retrouvons l’effet de distanciation de Bertolt Brecht, juste retour des choses dans le théâtre de Brecht qui s’inspirait de la narration du théâtre japonais !

   C’est aussi un style avant-gardiste comme le cinéma de Jean-Luc Godard qu’il semble admirer.

  Le complexe d’ Œdipe-roi, vu par le prisme d’un jeune travesti orphelin en quête de son identité dans le milieu des cabarets gay. Amant de Gonda, propriétaire du cabaret Le Genet, dont, Léda,  la maîtresse vieillissante et animatrice du lieu.

    Le monde du cinéma est petit et une scène, d’après la légende,  aurait inspiré Kubrick pour Orange Mécanique. (Ne l’ayant jamais vu, je ne puis le confirmer ou pas.) Toutefois l’affiche me semble bien ressembler à cette scène !

    

   

 

    Je passe directement à jeudi pour la séance de clôture là aussi au Comoedia, comme le film précédent.

  Une avant-première.

Il sort en salles le 21 mars, dans deux jours.

  «  Les Bonnes Manières »

 Film Franco-Brésilien.

  Film primé de nombreuses fois.

   D’abord, un hommage à la conseillère municipale noire lâchement assassinée, c’était une militante humaniste, défendant les opprimés.

     Les réalisateurs n’ayant pu venir, ils ont enregistré un message pour présenter ce film.

      Une jeune infirmière indépendante est embauchée comme nounou par une future maman.

      Deux mondes se côtoient, celui de la banlieue de Sao Paulo et celui des riches quartiers de la ville.

      Des liens se nouent entre les deux femmes. Mais la future mère est atteinte de somnambulisme.

    Derrière une apparence saphique et fantastique, se cache une métaphore sexuelle et politique. Une ode à la différence.

  On pense à Jacques Tourneur, voir à John Landis et le romantisme de Guillermo Del Toro.

   Comme je vous l’ai dit, je ne suis pas fan du genre !, Toutefois, je me suis laissé prendre au jeu de ses films.

 

 

       

 

  Pour la soirée du mercredi, c’est tout autre chose, un autre monde, celui du documentaire.

   Deux séances à la bibliothèque de Jean Macé Lyon 7e.

Pour ceux qui connaissent « Les chroniques de San Francisco », le documentaire retrace le parcours de son réalisateur durant les années 1970/1980. Mr Armistead Maupin.

 C’est le portrait d’un témoin du milieu LGBT de San Francisco.

Il se raconte, il est raconté par d’autres intervenants. Ce fût une belle soirée pour moi.

  Comme je vous l’ai dit, pas de baratin.

Surveillez bien vos salles de cinéma, il va y avoir de belles sorties sur les écrans.

 

 

 

     

   Les Bonnes Manières, le 21 mars 2018.

 

   Coby, (je vous en avais parlé) sortira le 29 mars 2018.

 

Nobody’s Watching, le 18 avril 2018. Film de Julia Slomonoff.

  Nico, un acteur argentin à succès de télénovelas, décide de tenter sa chance à New York.

 

Ma Vie avec James Dean. Film français de Dominique Choisy.

  Il sortira dans le 2e semestre de cette année.

Un jeune réalisateur fait le tour de France pour présenter son film.

 Que fait-il durant ses intermèdes ?

 Hommage au cinéma muet et aux idoles queers. James Dean, mais encore Jacques Demy.

 

Body Électric.  De Marcelo Caetano. Brésil.

Il doit sortir durant le 1er semestre.

 On retrouve Sao Paulo avec Élias qui vient s’y installer pour travailler dans une usine de tissus. Il partage son temps entre son lieu de travail et ses rencontres avec d’autres hommes.

 

 

     

 

Partager cet article

Repost0

Culture à Lugdunum...#2

Publié le par covix

 

 8e édition du festival Écrans Mixtes 

 

   

 

 

La soirée d'ouverture 

Le film "Jeanne et le garçon formidable"

À l'Institut Lumière.

 

 

Nous sommes très heureu.ses et fièr.es d'ouvrir la 8ème édition du festival Écrans Mixtes par une grande soirée de célébration dédiée aux 20 ans du film Jeanne et le garçon formidable d'Oliver Ducastel et Jacques Martineau.

 

Film d'époque sur "les années sida", mais aussi comédie "en chanté" comme le disait Jacques Demy à qui le film rend un vibrant hommage, ce premier film déjà culte, sera projeté en 35 mm en présence de son équipe mercredi 7 mars à 20h à l'Institut Lumière !

 

Un premier film, Rue du Premier-Film, comme une évidence ! 

 

Cocktail offert.

 

En partenariat avec FrenchMania

 

 

    

 

 

Invité.es d'honneur :

 

João Pedro Rodrigues (Rétrospective, Carte Blanche, Masterclass)

 

Monika Treut (Focus, Masterclass)

 

Bruce LaBruce (Inédits, raretés, surprises)

 

Programmation en ligne le 1er février

 

Soirée de lancement du catalogue jeudi 15 février à 18h30 à la boutique agnès b.

  

  Pluriel Gay soutien Écrans Mixtes.

 

 

Partager cet article

Repost0

Le printemps arrive...

Publié le par covix

  C'est une des marque de son arrivé.

 Le Festival Écrans Mixtes,  dont notre bon ami Laurent Wauquiez a supprimé la subvention.

  Le festival aura lieu du 8 mars au 14 Mars.

 

Partager cet article

Repost0

Feux d'artifices…

Publié le par covix

Feux d'artifices…

 Un feu d’artifice pour clôturer la 5ème édition du festival Ecrans Mixtes qui se déroula du 4 mars au 10 mars 2015.

La salle était complète pour ce final hors pairs.

 Oui je dis bien un feu d’artifice sur l’écran de la salle du Comoedia à Lyon.

  L’écran s’embrasa d’un souffle de fraicheur, d’espérance, de bonheur, de vie, de la joie de vivre, Vivant ! en est le titre et il ne nous trahi pas.

  Tourné sur l’aérodrome de Corbas, proche de Lyon, en juin 2014 sur une semaine.

 Un documentaire ?

Sans doute, mais plus aussi.

  5 hommes dans leur séropositivité vont se dépasser dans un saut de parachute.

  L’association AIDES de Lyon demanda à Vincent Goujon, cinéaste lyonnais, de faire un documentaire sur la vie avec le VIH. Le sujet souvent sorti sous formes de témoignages n’était pas dans l’optique de Vincent Goujon. Il lui fallait aborder le sujet différemment, il rencontre les membres du club de parachutisme de Lyon, en parle, fait un saut et ayant convaincu le milieu dont le machisme n’est pas usurpé, c’est entre doute et enthousiasme que le projet prend vie.

  Reste à trouver les adhésions à cette expérience. 5 garçons répondent à l’appel, ils ne se connaissent pas et c’est entre formation et moment intime, qu’ils dévoileront leurs personnalités.

 Les deux jours derniers sont consacrés aux sauts.

 Nous sommes emportés avec eux dans ce parcours jubilatoire et plein de vie.

   UN GRAND MOMENT DE CINEMA.

 

  Rires, émotions, applaudissements durant certaines scènes.

La salle debout, ovations marquent toute la puissance du film, une ode à la vie !

  Vincent Goujon, réalisateur, Matéo et Pascal deux des HEROS du film, et Richard l’instructeur  ont répondus aux questions des spectateurs.

 

  Le film sort en salle le 1er Avril, si il ne passe pas chez vous, faites un caprice auprès du directeur de votre salle favorite, vous ne le regretterez pas.

 

 

Partager cet article

Repost0

Ce soir…

Publié le par covix

Clôture du festival Ecrans Mixtes à 20h

Au cinéma Comoedia à Lyon.

Vivant!

en avant première.

Film documentaire, le premier long métrage du réalisateur  Vincent Boujon.

Tourné à l'aéroclub de Corbas dans la banlieue lyonnaise, maintenant métropole de Lyon.

Ce soir…

VIVANT ! AVANT PREMIÈRE

Un film de Vincent Boujon

Documentaire - France - 2015 - 1h20

Avec Éric, Romain, Richard, Vincent, Matteo, Pascal

Sortie nationale le 1er avril 2015

 

Cinq garçons ont décidé de s’initier au saut en parachute. Dans ce film drôle et sensible, ils vont éprouver cette fraction de seconde où l’on se décide à plonger dans l’inconnu, où l’on prend conscience de sa fragilité, d’une mort possible, mais aussi de l’ampleur du monde et de l’intensité de la vie. Ce qui les rassemble ? Leur séropositivité.

 

Standing ovation aux derniers États généraux du film documentaire de Lussas, Vivant !, le premier long métrage du cinéaste lyonnais Vincent Boujon est un véritable hymne à la vie, à l'acceptation et au dépassement de soi. 

Un film lumineux, tendre et humain, qui suit l’entrainement de ces héros pas comme les autres, où chacun se livre à propos de son rapport au virus, à la famille, à la sexualité, à la vie de couple, et à la peur de l’inconnu. De précieuses confidences, souvent émouvantes.

 

Vivant ! est une expérience très rare au cinéma de communion totale entre les spectateurs et les personnages. On est avec eux, on rit avec eux, on tremble avec eux, et au moment de sauter dans le vide, on retient notre souffle avec eux.

 

À la fin de Vivant !, on a envie de se lever de son siège et d’applaudir ces héros de nous avoir donnés une telle leçon d’humanité, et de remercier Vincent Boujon pour son feel good movie, tendre et euphorisant, qui nous donne envie de vivre !

C’est ça la force du cinéma !

                                                                                                                                         

 Ivan Mitifiot

Coordinateur et  responsable de la programmation du festival.

 

Partager cet article

Repost0

1 2 > >>