Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

692 articles avec poesie

Hommages...

Publié le par covix

 

 

Une voix pour tous.

  

  Le monde des arts, notamment celui du cinéma, de la poésie, du théâtre a perdu l'une de ses âmes des plus admirables. Michael Lonsdale a quitté les tréteaux pour déclamer la poésie, jouer devant les anges du paradis.

 

 

  Celui de la table honore le départ de Pierre Troigros qui, avec son frère, a fait la renommée de la cuisine française. Pierre Troigros, père du saumon à l'oseille, réjouira les papilles des anges au paradis

 

 

 

 

 

 Saint-Germain des prés ne sera plus pareil après le grand voyage de son égérie. Juliette Gréco s'en est allé déshabiller les nuages et unir un poisson avec un oiseau sous le ciel de Paris. 

 

 

Avec un clin d'oeil à Bourvil qui nous quitta le 23 septembre 1970

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Mardi en poésie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvin

     

Talus de Septembre.

 

Ô le monstrueux

 silence d'un fleuve

coulant à pleins bords,

 

ô le merveilleux

dôme des feuillages

qui se remplit d'or,

 

ô le ravissant

pacage du jour

enfin renaissant,

 

vers moi le ciel penche

un fruit saisissable,

une humble espérance,

 

ici la raison,

l'amour et le songe

ont fait leur maison.

Henri Thomas. 

(07 decembre 1912- 03 novembre 1993)

Pour en savoir plus ICI

 

Bocage normand

 

Publié dans Défi, Mardi, Poésie, Lady

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvin

     

Septembre.

 

À la fin de septembre les étoiles refroidissent et il y a dans le pré une odeur de pommes trop mûres.

J'aimerais que la mer qui voyage sans cesse m'écrive une lettre de sel très blanc avec juste une ombre de mélancolie

où elle me parlerai de pays très lointains et de rivages verts 

une lettre pour l'automne. Nous la lirions sous la lampe parce que les journées raccourcissent au moment des vendanges

et que l'océan est loin malgré le vent qui nous en parle

J'ai monté des bûches et le petit bois pour allumer le feu

et je regarderai la flamme danser sur tes pommettes.

Claude Roy 

 

           

     

         

 

 

Publié dans Mardi, Lady, Poésie

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvini

        

 

Janvier nous prive de feuillage;

Février fait glisser nos pas;

Mars a des cheveux de nuages,

Avril, des cheveux de lilas;

 

Mai permet les robes champêtres;

Juin ressuscite les rosiers;

Juillet met l'échelle aux fenêtres;

Août, l'échelle aux cerisiers;

 

Septembre, Qui divague un peu,

Pour danser sur du raisin bleu

S'amuse à  retarder l'aurore;

 

Octobre à peur; Novembre à froid;

Décembre éteint les fleurs; et, moi,

L'année entière je t'adore !

Rosemonde Gerard

           

     

         

 

 

Publié dans Défi, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvini

         Portraits de septembre. 

 

Parmi la chaleur accablante

Dont nous torrefia l'été 

Voici se glisser, encor lente   

Et timide, à la vérité,

 

Sur les eaux et parmi les feuiles,   

Jusque dans ta rue, Ô Paris,

La rue arride où tu t'endeuilles 

De tels parfums jamais taris,

 

Pantin, Aubervilliers, prodige

De la Chimie et de ses jeux,

Voici venir la bise,  dis-je,

La brise aux sursauts courageux...

 

La brise purificatrice

Des langueurs morbides d'antan, 

La brise revendicatrice, 

Qui dit â la peste: Va-t-en!   

 

   

Et qui gourmande la paresse

Du poète et de l'ouvrier,

Qui les encourage et les presse... 

<<Vive la brise!>>, il faut crier:

 

<<Vive la brise, enfin, d'automne 

Après  tous ces simouns d'enfer, 

La bonne brise qui nous donne

Ce sain premier frisson d'hiver!>>. 

Paul Verlaine 

             

     

         

 

 

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvini

         Portraits d'août.

Par les branches désordonnées,

Le coin d'étang est abrité,     

Et là poussent en liberté,

Campanules et graminées. 

 

Caché par le tronc d'un sapin,

J'y vais voir, quand midi flamboie,   

Les petits oiseaux, pleins de joie,                                               

Se livrer au plaisir du bain.

 

Aussi vifs que des étincelles,

Ils sautillent de l'onde au sol,

Et l'eau, quand ils prennent leur vol,                               

Tombe en diamants de leurs ailes.

 

Mais mon coeur,                   

lassé de souffrir,                       

En les admirant les envie, 

Eux qui ne savent de la vie,

Que chanter, aimer et mourir.

 

François Coppée

Pour en savoir plus, François Coppée

             

       

              Oiseaux au bord de l'étang.  1832.

         Tableau  de Newton Fielding (1799-1856)

 

 

Publié dans Défi, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvini

         Portraits de peintres .

           Antoine Van Dyck                                   (1599--1641)

Douce fierté des coeurs, grâce noble des choses

Qui brillent dans les yeux, les velours et les bois,

Beau langage élevé du maintien et des poses

-- Héréditaire orgueil des femmes et des rois!--,

Tu triomphes, Van Dyck, prince des gestes calmes,

Dans tous les êtres beaux qui vont bientôt mourir,

Dans toute belle main qui sait encor s'ouvrir;

Sans s'en douter, -- qu'importe ?-- elle te tend les palmes!

Halte de cavaliers, sous les pins, près des flots 

Calmes comme eux -- comme eux bien proches des sanglots--;

Enfants royaux déjà magnifiques  et graves,

Vêtements résignés, chapeaux à plumes.braves,

Et bijoux en qui pleure -- onde à travers les flammes --

L'amertume des pleurs dont sont pleines les âmes 

Trop hautaines pour les laisser monter aux yeux;

Et toi par-dessus tous, promeneur précieux,

En chemise bleu pâle, une main à la hanche,

Dans l'autre un fruit feuille détaché de la branche,

Je rêve sans comprendre à ton Richemondgeste et tes yeux.

 Debout, mais reposé,

Dans cet obscur asile,

Duc de Richemond, ô jeune sage!-- ou charmant fou? --

Je te reviens toujours: Un saphir, à ton cou,

À des feux aussi doux que ton regard tranquille.

Marcel Proust

Les Plaisirs et les Jours 

1896

 

             

                        

 

Publié dans Défi, Hommage, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvini

         Portraits de peintres .

           Paulus Potter                                      (1613--1670)

Sombre chagrin des ciels uniformément gris,

Plus tristes d'être bleus aux rares éclaircies,

Et qui laissent alors sur  les plaines transies 

Filtrer les tièdes pleurs d'un soleil incompris;

Potter, mélancolique humeur des plaines sombres

Qui s'étendent sans fin, sans joie et sans couleur,

Les arbres, le hameau ne répandent pas d'ombres,

Les maigres jardinets ne portent pas de fleur.

Un laboureur tirant des seaux rentre, et, chétive,

Sa jument résignée, inquiète et rêvant,

Anxieuse, dressant sa cervelle pensive,

Homme d'un souffle court le souffle fort du vent. 

Marcel Proust

Les Plaisirs et les Jours 

1896

 

             

                        

 

Publié dans Défi, Hommage, Lady, Mardi, Poésie

Partager cet article

Repost0

Mardi poesie

Publié le par covix

 

 

 Je garde le souvenir de Lady Marianne  tout en changeant le logo pour ce mardi poésie. Continuons le défi, Lady reste avec nous.

 

 

Un poème qu'on aime, quelques mots si l'on veut.
 

 

Thème libre 

 

 " Le temps passe et nous laisse des traces d'immobilisme!

 Il m'a laissé dans l'attentisme.

 D'une lueur venue éclairer l'horizon, 

 La folle aventure des mots que nous écrivons.

   Pour ce défi, donc, plonger dans les lueurs des mots de la poésie est comme la vérité au fond du puits, mais il arrive que le seau remonte son lot."

B.Cauvini

         Portraits de peintres .

           Antoine  Watteau     

Crépuscule grimant les arbres  et les faces,

Avec son manteau bleu, sous son masque incertain ;

Poussière de baisers autour des bouches lasses...

Le vague devient tendre, et le tout près, lointain. 

 

La mascarade, autre lointain

mélancolique,

Fait le geste d'aimer plus faux, triste et charmant. 

Caprice de poète  -- ou prudence d'amant,

L'amour ayant  besoin d' être orné savamment--

Voici barques, goûters, silences et musique.       

Marcel Proust

Les Plaisirs et les Jours 

1896

 

                                      

 

Publié dans Défi, Lady, Littératures, Mardi, Poésie

Partager cet article

Repost0

Lydie...

Publié le par covix

 

Lydie

Ce trois août, elle se fête,

Toute la journée, mais aussi toute l année, tu es en tête.

 Difficile en cette année,

Point de mots pour trinquer, mais la pensée,

Est là pour exposer ta présence,

Tu voyages vers un nouveau  monde, marque de ton absence.

Lydie, j'aimais ton franc parlé,

Je n'aimais pas tes souffrances,

J'aimais tes espérances,

Je ne t'aimais pas accablé.

Aujourd'hui j'ai écris ces mots,

En te pensant actrice au théâtre No,

Tu vois Lydie, ici aussi j'ai un clin d'oeil,

À l'empire du soleil levant,

Comme dans tes défis couchés sur la feuille,

Page du net irrésistiblement.

Lydie, amicale pensée,

Signature énoncée. B.Cauvin@03/08/2020

 

 

Publié dans Billet, Hommage, Lady, Poésie

Partager cet article

Repost0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>